De fontaines en fontaines

L’Homme a besoin d’eau pour vivre. Il n’y a pas si longtemps encore à la campagne, on allait chercher l’eau au puits ou à la source, jamais loin cependant des habitations. En ville, il fallut l’ingéniosité des Hommes pour alimenter en eau potable des millions d’habitants. L’eau coule aujourd’hui dans chaque appartement. Un simple robinet en ouvre et ferme le flux. Dans de nombreux pays encore, l’eau que nous gâchons si souvent et qui durant des siècles a été si convoitée est une denrée précieuse. Provenant des hautes montagnes enneigées, mais aussi de l’évaporation de la mer et retombant sous forme de pluie, ce liquide nous permet de vivre paisiblement sur cette planète bleue. Déjà les romains, grands consommateurs d’eau pour leurs thermes, vont alimenter Lutèce par un aqueduc traversant Paris, du sud en son centre actuel. Bien plus tard, Marie Médicis le remettra en fonction pour alimenter les jardins de son Palais du Luxembourg. Entre-temps, grâce à la présence du port naturel de la Grève (Hôtel de Ville), la rive gauche sera alimentée en eau par le port mais aussi par des puits. On comptera à la fin du 19e siècle plus de 1 000 puits dont certains étaient toujours en usage au 20e siècle. Philippe Auguste alimentera le centre de la ville par un réseau de canaux provenant des plateaux du Pré Saint Gervais et de Belleville. Il déclarera que l’eau de ces fontaines serait libre d’usage et que sa distribution serait un privilège royal. Pour la première fois, le Roi fera valoir l’utilité publique pour l’alimentation en eau de la ville. 

P1340538P1340575P1340576P1340570P1340551

Ajouter un commentaire